Yann Balmossiere « Le rôle d’adjoint se définit avant tout avec l’entraîneur »

Le coach adjoint de l’USAM Nîmes Gard, Yann Balmossiere a subi une rupture du tendon d’Achille à l’entraînement alors qu’il jouait avec la Green Team. Éloigné quelques semaines du groupe il revient petit à petit sur le banc de la Green Team. Entraîneur adjoint depuis 2009 et ancien capitaine de l’USAM Nîmes Gard Yann connait parfaitement le club. De quoi analyser avec philosophie sa blessure et la fin de saison.  

  • Salut Yann comment va ta blessure ?

Je pense que ça évolue bien mais c’est le chirurgien qui le dira. J’ai rendez-vous le 9 mai pour faire un point. Dans tous les cas, j’en ai encore pour un moment avant la rééducation. Ce n’est pas vraiment gênant mais c’est la première fois que je manque une longue période comme ça, en coupant le contact avec les joueurs. Du coup, je « bouffe » de la vidéo à la maison, sur ce point, c’est certain que j’en fais plus qu’avant !

  • Comment vit-on un rôle d’adjoint ?

Je dirais qu’il n’y a pas de rôle type, ça se construit en fonction de l’entraîneur avec qui tu travailles. Un adjoint pourra être orienté plus sur l’entrainement, la vie du groupe, la vidéo, les statistiques… Pour ma part j’ai une grande proximité avec les joueurs car pour certains ça fait 8 ans qu’on se côtoie, voir plus comme avec Jean Philippe Haon. Il y a certaines affinités et une relation de confiance ! Mais avant tout ça se définit avec l’entraîneur, en fonction de ses besoins et de ses attentes.

  • Que penses-tu du tirage au sort des ½ finale de la Ligue des champions* ?

Déjà je trouve que Montpellier a fait vraiment un beau parcours, ils ont proposé un jeu très agréable et performant sur la compétition et il tombe sur Veszprém, finaliste l’année dernière et toujours aussi solide. Ils ont craqué 15/20 min sur l’ensemble des deux matchs, ça ne pardonne pas à ce niveau. Après pour ces ½ finales, j’ai bien aimé le jeu que propose Skopje, Veszprém est impressionnant, le PSG a les meilleures individualités et le FC Barcelone reste un très grand club. Tout est indécis, les équipes sont toutes très proches.

  • La Green Team rejoue en championnat le 13 mai à Ivry, quel est le programme d’ici là ?

On a refait un gros travail physique et là on rentre dans la préparation du match. Nous avons 10 jours pour bien travailler techniquement et tactiquement. Le match à Ivry est très important. Nous avons que des gros matchs mais notre destin en main puisque nous affrontons nos adversaires directs au classement. Ivry peut nous permettre de bien lancer cette dernière ligne droite !

Merci Yann, bon rétablissement et bonne fin de saison !

*Le PSG affrontera Veszprém, tombeur de Montpellier au tour précédent et finaliste en 2016. L’autre demi-finale sera Barcelone / Vadar Skopje.